École Mercier
1/3

École Mercier / Mercier, 2012 (finaliste)

Le site d’intervention proposé, qui est plein sud, reçoit un éclairage naturel très abondant. L’idée de dépeindre ou d’exprimer cette qualité de lumière s’est donc imposée assez rapidement.

Ma proposition représente donc la pénétration des rayons solaires dans une masse architecturale. On voit ces rayons, sous forme d’ondes ou de vagues, qui s’infiltrent à l’intérieur, envahissent un mur ; ils se répandraient dans la salle tout entière si l’obstacle des vitres du bas ne les en empêchait.

Ces rayons semblent tous provenir du coin sud-ouest de la surface, mais semblent aussi s’échapper de la matière même dont le mur est constitué : du gypse blanc.

Bien que l’œuvre proposée soit du même blanc que le mur - quoique ponctuée par quatre pointes d’acier qui en soulignent l’élévation - on ne peut parler de monochromie.

En effet, le jeu d’ombres provoqué par le déplacement du soleil produira diverses valeurs de blanc qui évolueront tout au long de la journée, de même qu’au fil des saisons.

La perception est fortement influencée par le déplacement physique du regardeur, l’œuvre se présentant tantôt comme du dessin dans l’espace, lorsque vue frontalement et comme un volume, lorsque vue en contre-plongée ou latéralement.